Des livres pour les vacances

df3fe5e78254acb205802199c47352ba

Voici ma petite liste de lecture pour vos longues journées au bord du lac. Il n’y a rien de mieux pour relaxer durant les vacances qu’un bon livre non ?

Les filles bleues de l’été – Mikella Nicol ( éditeur Cheval d’août)

Deux jeunes filles au début de la vingtaine décident d’aller guérir leurs blessures de cœur et de corps dans le chalet de leur enfance. Le premier roman d’une jeune auteure très prometteuse. Son écriture très descriptive presque poétique nous transporte en quelques pages en plein milieu de la forêt là où les héroïnes semblent croire que tout est possible.

img1c1000-9782924491034

«L’idée s’est installée d’elle-même. Si l’été ne reviendrait jamais, alors c’était nous qui devions lui revenir. J’ai prononcé ces mots exacts : “ Clara, je vais retourner dans l’été ”. Comme elle ne répondait pas, j’ai ajouté “ Pour de bon ”. Ma voix était ferme. Je ne parlais pas de voyager le temps, je ne croyais pas aux miracles. C’était plus que ça. »

Sports et divertissement – Jean-Philipe Baril Guérard (les éditions de ta mère)

Voici un vrai petit péché à lire sur la plage. L’histoire fictive de trois vedettes complètement blasées qui s’étourdissent dans la drogue, l’alcool et le sport. Un livre qu’on se sent parfois coupable de lire tellement les personnages sont savoureusement condescendants et détestables. Un roman qui saura satisfaire votre petit côté « bitch » mieux qu’une revue à potin.

sportsdivertissements-web

«Cette semaine, j’ai chanté au karaoké, j’ai nagé, j’ai bu, j’ai mangé de la poutine, j’ai fait de l’escalade, j’ai fait de la coke, j’ai fait du vélo de route, j’ai mangé des assiettes à cent piasses, j’ai fais du yoga en lendemain de brosse, j’ai fait quatre mille dollars en quinze minutes, je me suis prise en photo, j’ai dansé, frenché, fourré dans une ruelle, j’ai lu Nietzsche, j’ai lu des magazines à potins, je suis apparue dans des magazines à potins, j’ai bu du vin rare dans une première de film, je me suis fait reconnaître dans la rue, j’ai joggé, j’ai noyé la nostalgie d’une suite pour piano de Satie, j’ai méprisé beaucoup de gens, j’ai recompté la somme de toutes mes richesses combinées, la beauté, l’argent, la jeunesse, le temps, surtout le temps, et j’ai tout dilapidé à loisir. Bref, j’ai tout fait pour éviter de me poser des questions. »

 

Cœur de slush – Sarah-Maude Beauchesne (les éditions Hurtubise)

Sorti en octobre dernier, ce livre est le parfait exemple d’une bonne lecture d’été pour se rafraîchir les idées au soleil sur le bord du quai. On reconnaît bien l’auteure du blogue Les Fourchettes avec ses histoires douces amères qui résument bien l’amour à notre époque avec un brin d’humour. Un petit vent de fraîcheur à redécouvrir si ce n’était déjà fait. !

r_2290

« À dix-sept ans, les garçons ne savent pas quoi faire d’un corps de fille. Je veux rencontrer un presque homme qui ne sera pas mal à l’aise devant une moi toute nue, gênée, pas sûre, mais sûre en même temps. Je veux le voir, dans le noir, me regarder me déshabiller, je veux qu’il parle tout bas, doucement, qu’il sache quoi faire, comment faire. Je ne veux surtout pas qu’il ait plus peur que moi de mal faire les choses.»

 

Chien de fusil – Alexie Morin ( éditeur le Quartanier)

Si vous me connaissez bien, vous savez que j’adore la poésie et particulièrement celle de chez nous. Alors je m’efforce chaque fois de vous suggérer un peu de poésie pour qu’elle finisse par devenir une habitude. Je sais que ce n’est pas pour tout le monde, mais suffit d’un auteur une fois et hop ! Je pense que pour bien apprécier la poésie il faut la lire tranquillement, pas en une traite, et voir chaque poème comme une image. Bref, dans la thématique chalet, été, amour voici la prose d’Alexie Morin une autre jeune auteure à suivre. Des poèmes à lire et relire pour y découvrir chaque fois un nouveau sens. Une lecture qui vous habitera, longtemps je vous le promets.

QR62_Chien_800-600x903

«Un chat est entré tout blanc avec un mulot, Vincent cligne des yeux, frissonne, pense à elle, le chat dépose le mulot sous la chaise, il regrette, ç’aurait été beau devenir un squelette, phalanges, phalangines enroulées autour de la tasse avec la forêt dedans.»

Bonne lecture !