J’aurais voulu que tu sois grand-mère

Capture d’écran 2013-07-30 à 12.10.33

À Francis, Julie, Annie et Maude,

Ce n’est pas dans mes habitudes de l’écrire aux autres, mais j’ai pensé que vous la présenter serait peut-être un beau cadeau pour son anniversaire. Cela fait 3 ans, elle aurait eu 59 ans ce mois-ci. Voilà une parcelle de ce qu’il y a et de ce qu’il y avait.

 J’aurais voulu que tu sois grand-mère

Il y a des mères qui jouent, des mères sans choix, des mères qui ne donnent pas, des mères qui n’ont pas la bonne fille, des filles qui n’ont pas la bonne mère, des mères-porteuses, juste des filles et juste des mères…

J’ose penser que nous étions une exception. Un modèle qui donne le goût de faire des grand-mères.

Si j’avais su, je serais restée à trois pommes. La vie est drôlement faite.

Il me reste des tounes de Céline, ta bague qui frappe le rythme, un goût de voyage, le show de McCartney sur les plaines, un appétit pour le papier, une nostalgie de bord de mer, de la passion pour le talent, trop de dents, l’horreur des matins, l’inspiration de la nuit, un rire infini, pas ton nez, mais ta bouche et un cœur à l’histoire sans fin. J’ai peur de te laisser partir, que ton souvenir devienne des histoires de quand j’étais petite.

Maman, c’est toi la plus belle du monde, aucune autre à la ronde n’est plus jolie et quand tout s’effondre autour de moi, toi, tu seras toujours là. Tu t’en souviens de celle-là?

J’aurais voulu que tu sois grand-mère from Gabrielle Regimbal on Vimeo.

* Un merci tout spécial à Patricia Lanoie pour ton temps, ton écoute et ta belle sensibilité visuelle. Merci à Annie Rousseau et Antoine Maclean pour la merveilleuse chanson. 

Mode34b est devenue une famille adoptive, pour moi, à Montréal. Ma mère n’a jamais su que j’écrivais ici, n’a jamais « liké » un article. Alors vous l’écrire ici, où je parle de bien des coups de cœur, était pour moi une bonne idée.