Lectures d’été

 

aaeaa8bf39ceb90336ab46190242d03d

Quoi de mieux que de lire sur le bord d’un quai ou dans un parc au soleil l’été ! Voilà une bonne façon pour mettre son esprit à off et partir ailleurs. Voici quelques suggestions lectures que j’ai bien aimées et qui, je l’espère, vous feront tout aussi de bien qu’à moi.

La Déesse des Mouches à feu de Geneviève Pettersen

1489301-gf

J’ai eu un plaisir immense à plonger dans cet univers qui ressemble à celui de mon adolescence. Ce qui m’a séduite de l’écriture de miss Petterson, que vous connaissez peut-être aussi sous le nom de Madame chose, c’est qu’elle écrit exactement comme mes amies et moi parlions à l’époque.

Quel bonheur de retrouver des expressions comme « sa suce des raies ! » et de se remémorer la très classique rivalité entre skateux et punk. Un roman qui mérite toute votre attention.

 

La fête de l’insignifiance de Milan Kundera


1513026-gf

Un livre tout indiqué pour la saison estivale, pour s’interroger sérieusement, mais pas vraiment, sur la vie. Être sérieux sans trop l’être, c’est le défi de ce livre. En effet, la longue saga analytique des nombrils m’a bien fait rire.

Je pense qu’il s’agit d’un de mes livres préférés de Kundera même si je ne les ai pas tous lus, je sais. Donc si tu n’as jamais lu un de ces livres, en voilà un pas pire pantoute pour commencer, sinon tu vas juste le dévorer en une après-midi.

Corps étranger de Catherine Lalonde

967620-gf

 

J’aime bien lire de la poésie surtout lorsqu’elle est québécoise. Je trouve la langue d’ici magnifique lorsque bien jouée et c’est le cas avec Corps étranger. Je sais, la poésie peut faire peur, mais apprivoisez-là en la lisant doucement, il faut la déguster pour l’apprécier, je crois.

Tout un livre sur une histoire d’amour tortueuse. Certains poèmes vous rappelleront surement l’amour qui vous a fait mal et vibrer si fort en même temps. Je m’emballe, mais c’est réellement déchirant et magnifique.