Petra en Nouvelle-Zelande – Sur la route du serpent part 1

Je pourrais être considérée comme une conductrice distraite selon les dires de mon entourage. Je manque de pratique puisque je ne possède pas de voiture et c’est très rare que je conduis celle de Guillaume. Il n’aime pas se faire conduire (pas par moi en tout cas)! Du moins, c’est ce que je pensais, parce qu’ici je suis la conductrice attitrée du jeep qui a été mis à notre disposition! Il se laisse mener partout où l’on va, mais il faut dire qu’il ne fait pas ça pour me faire plaisir… en fait, il n’a pas vraiment le choix de me laisser le volant parce que c’est moi qui est assurée sur le véhicule. Mouahahahah!

Après quelques jours d’adaptation je suis devenue une pro, ou presque… Je m’écarte encore parfois de la route indiquée par mon co-pilote et c’est aussi arrivé qu’il me donne de mauvaises directions (ou qu’il ait mal regardé la carte.) Peu importe, moi je dis qu’on est quitte la plus part du temps!

La semaine dernière, nous avons décidé d’entreprendre un petit road trip pour explorer les autres régions de l’île du Nord. Voici le récit de notre périple sur les routes sinueuses de la Nouvelle-Zélande.

Whangaroa (prononcé Fangaroa, tous les wh en langage Maori sont prononcés comme un f)

Il y a beaucoup de randonnées à faire ici alors nous devions nous y mettre. Le Mont St-Paul à Whangaroa était parfait pour commencer. C’est une courte ascension de 250 mètres faisable en 30 min.

(ici je suis presque rendue au sommet)

Tout allait bien jusqu’à ce que nous atteignons la partie rocheuse (et apique) de la montagne. Pour accéder au sommet, nous devions passer par une crevasse escarpée en se tenant par une simple chaine…

Ça y est! J’ai le vertige… je tiens le métal de toute mes forces, mais je ne sais plus trop si j’ai envie de monter jusqu’en haut. Avec Guillaume derrière moi, je n’ai pas vraiment eu le choix de faire tranquillement mon chemin jusqu’au sommet.

J’y suis arrivée après quelques minutes de frayeur. La vue était magnifique, mais il y avait tellement de vent que j’avais l’impression que j’allais m’envoler dans l’immensité du vide devant moi. VERTIGE! Au moins, y’en avait un de nous deux qui semblait apprécier se prendre pour le roi de la montagne!

 

Cape Reinga

Le Cape Reinga c’est le point le plus au nord de la Nouvelle-Zélande. C’est toujours intrigant de conduire le plus loin possible et se retrouver devant l’horizon bleu. La route pour s’y rendre ressemblait à un jeu de serpents/échelles, grandeur nature! Monte, descend, monte, descend et tout ça en zigzagant sur des chemins étroits en frôlant des falaises. Pouvez-vous croire que parfois j’ai le vertige en conduisant… Ouais! La plus part des routes sont comme ça, mais les paysages comme celui du Cape Reinga en valent toujours la peine!

Prenez une grande respiration, ça sent la liberté par ici.

 

Raglan

Nous nous sommes ensuite dirigés vers Raglan en espérant faire un peu de surf… Malheureusement les conditions n’étaient pas très propices pour pratiquer l’exercice, mais bon tant qu’à être là, nous avons quand même décidés d’aller voir.

Je n’avais jamais fait de surf en eau froide et laissez-moi vous dire qu’il faut être fou pour ne pas mettre de wetsuit par ici. Après avoir enfilé notre deuxième peau imperméable, nous nous sommes retrouvés devant un océan qui se déchainait, littéralement.

Bahhhh! Je vais essayer de prendre les petites vagues (pas si petites finalement) près du bord. Hey bien, la mer s’amusait avec moi bien plus que je m’amusais avec elle. Cet après-midi là, j’ai pris quelques tasses d’eau salées en plus de recevoir accidentellement la planche de Guillaume sur la tête! Ce n’était pas ma meilleure session de surf, mais c’était amusant quand même!

De retour à notre auberge de jeunesse, Guillaume nous a préparé de bonnes moules à la bière! À 3$ le kilo (elle sont énormes en plus), il n’y a pas grand chose de moins cher à l’épicerie. TOUT est dispendieux au marché. Pour vous donner une idée la petite bouteille de Coke se détaille 4$… Bref, n’allez surtout pas faire l’épicerie le ventre vide ça pourrait vous ruiner!

Finalement, puisque les forces de la nature ne voulaient pas que l’on surf, nous sommes allés voir les chûtes Bridal Veil. Joli!

La suite de nos aventures sur la route à venir très bientôt!

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Previous Story

Youth Lagoon

Next Story

jardin suspendu

Latest from Blog

mixtape // SUTTON

Playlist pour ma vie de chalet Plants and Animals – Love That Boy // J’ai entendu