Pony, entre les bonbons et les dinausores

Tout en écrivant cet article, je me demande sérieusement pourquoi je n’ai pas parlé de Pony bien avant… En effet, j’adore le travail de l’illustratrice montréalaise Gabrielle Laïla Tittley que je retrouvais dans les foires comme Puces Pop. À la fois ludiques, irrévérencieuses et surtout très humoristiques, ses œuvres nous donnent l’impression de feuilleter une BD inspirée du street art : je suis vendue! Ses œuvres m’accrochent toujours un sourire au visage puisque ses centres d’intérêt me rejoignent particulièrement : les bonbons, les jouets, les ninjas pis les films pour enfants. Les dégâts, les cris de joie et les malaises humains.

Je trouve que c’est une artiste bourrée de talent et en pleine ascension, pas étonnant qu’on retrouve son travail un peu partout cet été : illustration pour la Zone Homa, un des bixi «vus par les montréalais» arbore ses magnifiques dauphins-bananes, l’affiche du spectacle de Koriass et son orchestre a été réalisée par l’artiste…

Jeudi soir, à la vente collective chez Atelier b. j’ai donc résous mon problème et je me suis procurée deux illustrations signées Pony! Ma tête de lit est maintenant magnifiquement ornée.

book unicorn+copy

dauphinbanane

t_shirt_real bitch_web